Warum

Filandreux

de
Prix : 12,20 €
Pages : 64
Noir & Blanc
ISBN : 9782365350044


Résumé

Filandreux, n'est pas loin de ce que l'on pourrait appeler un vieux grincheux. Il résiste à tout, au temps, aux modes, aux courants d'air. Filandreux est bavard, d'une mauvaise foi exemplaire, il est un peu cynique, un peu méchant.

Un peu vieux con grande gueule très jeune encore dans sa tête et très vert, comme les arbres qu'il aime tant.

De grandes déclarations en combines sournoises, Filandreux traîne se carcasse dans la ville qu'il déteste, vaticinant, tançant, critiquant sans répit.

Et pourtant, on s'attache à ce grabataire encore assez vert du ciboulot, un genre de Pépé Malin dont on aurait changé les obsessions... Car chez Filandreux, tout est prétexte à récrimination : la société, les jeunes, les vieux, les artistes, les clochards... Seuls trouvent grâce à ses yeux les étoiles et quelques arbres qu'il croise, aussi déplacés que lui dans cette jungle urbaine... et les jolies pépées qui croisent parfois son chemin.

A l'origine publié en trois petites auto-productions, Filandreux trouve désormais une vie en album.

Le mot (juste) de Mael Rannou : "Il y a à peu près de dix ans, Simon Hureau publiait Palaces, son premier livre (Ego comme X, 2003). Les amateurs de bande dessinée découvrait son trait, mélange d'un classicisme envolé et d'inspiration art nouveau, et son ton, au mieux désabusé et un peu cynique, au pire très noir. Durant dix ans chacun de ses livres s'inscrit dans cette ligne, confirmant au passage une incroyable élégance entrevue qui s'affirmait de plus en plus, que ce soit dans la composition des pages ou les choix de couverture. Une direction claire qui l'a amené à recevoir le Fauve du polar cette année à Angoulême.

Navigant entre la satyre sociale, le conte cruel ou le récit de voyage, Simon Hureau semble à l'aise dans tous les genres... Cela faisait plusieurs années que Warum souhaitait le publier, il fallait juste le bon projet. Ce projet, c'est Filandreux : avec une jubilation perceptible, Hureau y livre son premier véritable récit d'humour. Constitué de courts récits se répondant entre eux comme autant de saynètes, on y suit les élucubration d'un vieillard rageur – mais encore bien vert – qui n'aime rien tant qu'embobiner son monde et profiter de son statut intouchable.

Menteur, manipulateur, vicelard, Filandreux s'assoit sur son banc et regarde le monde venir à lui. Enfants des beaux quartiers en quête de BA, neo-clochard déboussolé, petite vieille sans intérêt... il prend tout ce qui passe à sa portée pour tenter de se distraire, sans débourser un sou, cela va de soi.

Habile discoureur, on ne peut s’empêcher d'avoir une certaine empathie pour ce râleur perpétuel, toujours provocateur mais pas si méchant que ça. C'est finalement un peu amusé qu'on le regarde alors remplir des pages de paroles, dont l'effet finissent parfois par lui échapper.

Critique de BoDoï

Critique de L'Avis des Bulles : Attention, ce petit album contient un certain nombre de
vérités dont le caractère lapidaire pourrait bel et bien en
faire réfléchir plus d’un. En effet, à travers le discours tour
à tour aigri, exalté ou agressif de son héros septuagénaire,
Simon HUREAU (à qui nous devons également, entre autres,
l’excellent Bureau des prolongations aux éditions Ego
comme X) se prononce sur un certain nombre de sujets
dits sensibles. Nos petites oreilles lassées, rebattues par les
médias de tous poils trouveront donc ici matière à apaisement
à travers ce discours dont la verdeur n’égale que l’humour
et dont le rythme ainsi que les transitions évoquent
irrésistiblement l’oeuvre de notre célèbre Michel AUDIARD.
Grâce aux péripéties de ce vieux Filandreux, nous accédons,
donc, à une mine de matière à réflexion qui, combinée
avec le potentiel humoristique de la misanthropie du
personnage, fait planer un souffle d’air frais sur une production
de rentrée pas vraiment excitante. Un petit bouquin
jubilatoire servi par un trait simple mais remarquablement
expressif.

Critique sur le Graphivore

Sortie : 20 septembre 2012

Pour ceux qui aiment :